Pour une montée en puissance des femmes dans les médias au Niger

Pour une montée en puissance des femmes dans les médias au Niger

5 janvier 2023

L’Association des Professionnelles Africaines de la Communication, section Niger, (APAC Niger) forme les femmes journalistes au leadership pour qu’elles puissent s’affirmer dans les rédactions.

Au Niger, la place des femmes dans les médias reste limitée en dépit de leur nombre croissant dans le métier. Elles font souvent face à des stéréotypes sexistes qui freinent leur ascension. On ne sent pas trop la présence réelle des femmes dans les médias. Elles sont rares celles qui assument des postes à responsabilités, souligne Amina Niandou, présidente de l’APAC Niger.On trouve très peu de femmes rédactrices en chef, très peu de femmes directrices des Programmes.

amina apacCette situation est parfois liée aux facteurs socio-culturels de nos sociétés. Les femmes transposent dans leur travail leurs positions dans la société. Pour beaucoup d’entre elles, elles doivent être soumise et dirigées, y compris au travail, regrette Amina Niandou. Il est souvent difficile de concilier la vie personnelle et vie professionnelle. C’est une équation difficile à résoudre, reconnaît-elle. Après leur mariage ou dès qu’elles commencent à enfanter, beaucoup de femmes journalistes négligent leur vie professionnelle et/ou disparaissent des médias, constate-t-elle.

Pour Aminata Niandou, l’organisation au sein des rédactions ou les préjugés qui y persistent ne sont pas les seules difficultés auxquelles les femmes font face. La précarité économique dans laquelle évoluent les médias – notamment privés – contribue à fragiliser les journalistes femmes. Ce sont elles qui paient le plus lourd tribut. Quand les médias sont confrontés à des difficultés financières et doivent faire des compressions de personnel, ce sont des femmes qu’ils licencient, rapporte-t-elle.
Face à ce constat, l’APAC exhorte les médias à être de vraies entreprises de presse et aux femmes journalistes d’être de vraies professionnelles. Elle invite ces dernières à se former pour être plus compétitives. Elle les encourage également à avoir de l’auto-estime, à croire en ce qu’elles font et aussi, et surtout, à s’investir pleinement dans ce noble métier.

Notre spécificité en tant que femmes ne doit pas constituer un obstacle quand nous travaillons. Il faudrait juste que les responsables des médias aient confiance en les femmes et leur donnent l’opportunité de prouver leur valeur.
Amina Niandou, présidente de l’APAC Niger

Promouvoir l’image des femmes dans les médias

Et les espoirs sont permis. L’APAC vise l’amélioration de la représentation des femmes dans les médias pour leur offrir une image réelle et valorisante. C’est grâce à une convention pour le respect de l’équité du genre, initiée par APAC Niger et signée par des organes de presse privés, que plusieurs femmes ont accédé à des postes à responsabilité. Cette convention a permis de faire émerger des potentiels, se réjouit la présidente de l’APAC.

Pour cette doyenne de la presse nigérienne, ces résultats prouvent que les femmes journalistes sont capables d’occuper des postes à responsabilités au même titre que les hommes.
C’est au regard de leur vision commune en faveur des femmes journalistes qu’APAC Niger et CFI, à travers MédiaSahel pour Elles, travaillent en synergie, grâce à l’organisation de deux ateliers de concertation entre les OSC et les médias. L’objectif étant, d’une part, de concevoir des contenus adaptés pour améliorer l’image des femmes dans les médias et, d’autre part, de constituer un répertoire de femmes expertes à mettre à la disposition des médias.
Le premier atelier s’est tenu à Niamey les 19 et 20 décembre dernier.