Des journalistes de Syrie et Jordanie se forment à couvrir de manière "éthique et transparente" la question des réfugiés

Des journalistes de Syrie et Jordanie se forment à couvrir de manière éthique et transparente la question des réfugiés

21 janvier 2022

Un deuxième atelier portant sur la couverture des histoires de réfugiés s’est tenu du 1er au 4 décembre 2021 à Amman, en Jordanie, en coopération avec le centre de formation de l'Al-Jazeera Media Institute.

Seize journalistes, de Syrie et de Jordanie, ont été sélectionnés parmi les 1 300 candidatures reçues : huit hommes et huit femmes issus de six gouvernorats (Amman, Irbid, Karak, Ajloune, al Mafraq et Zarqa). Cet atelier visait à présenter le concept de journalisme et de reportage sur les personnes réfugiées. L'UNESCO a en effet élaboré un manuel consacré au reportage sur les migrants et les réfugiés tandis qu'Al-Jazeera a développé une formation aux médias traitant de la couverture de leurs histoires.

Parmi les sujets abordés : classification juridique, lois sur le refuge et l'immigration, journalisme bienveillant, terminologie appropriée, besoins logistiques et mesures de sécurité sur le terrain. Les procédures de préparation en vue de la production d'histoires ainsi que les principes à suivre lors d'entretiens avec ces populations ont aussi fait l'objet de longues discussions. Enfin, cette formation a mis en avant l'importance des principes et de l'éthique journalistiques qui excluent la discrimination et les discours haineux.

Exprimer la voix des populations réfugiées

Le rôle des journalistes est très important, en particulier au sein des communautés qui accueillent ces personnes victimes de guerres et de conflits. Ils peuvent exprimer la voix des populations réfugiées, mais aussi évoquer les problèmes majeurs auxquelles celles-ci sont confrontées. L’enjeu de cette formation était de fournir aux journalistes les outils et connaissances essentiels pour raconter ces histoires de manière professionnelle. De plus, mettre en lumière les problèmes rencontrés par les réfugiés de manière éthique et transparente pourrait avoir un impact positif sur la cohésion sociale.

Quelle chance d’avoir pu participer à cette formation ! Cela m’a permis d'interagir et d'échanger des opinions et des idées sur ce qui a été publié dans les médias sur les réfugiés par le biais de travaux de groupe. Discuter des aspects positifs et négatifs des reportages sur les réfugiés présentés dans les médias m'a donné des clés supplémentaires pour produire des reportages professionnels sans commettre les mêmes erreurs que les autres journalistes.
Alaa Al Qasem, journaliste syrienne (Organisation humanitaire Blumont - Service médias)

atelier q2

 

Produire des reportages loin des préjugés et de l’intolérance

 

Pour couvrir les histoires de réfugiés, il est nécessaire de connaître les lois sur les réfugiés, d'utiliser J’ai découvert la notion de ‘‘journalisme bienveillant’’ la bonne terminologie et de disposer de compétences professionnelles en matière d'entretien pour produire des reportages et des articles de haute qualité loin des préjugés et de l'intolérance.

Je suis vraiment reconnaissante d'avoir participé à cette formidable formation. J'ai pu intégrer les connaissances, les outils et les compétences nécessaires pour couvrir les histoires de réfugiés de manière éthique et professionnelle. J’ai découvert la notion de ‘‘journalisme bienveillant’’ et comment éviter les discours haineux lors de la rédaction d'un article.
Shefaa Qudah, journaliste jordanienne indépendante.

Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), la Jordanie accueille près de 700 000 réfugiés syriens. C'est pourquoi il est essentiel de les intégrer au sein de la communauté d'accueil pour éviter les tensions et les conflits sociaux. La couverture professionnelle de leurs histoires aura un impact positif sur leur vie et celle des communautés d'accueil.

Cette formation a été une excellente occasion de rencontrer des journalistes syriens vivant en Jordanie et d'échanger des conseils et des pratiques. Elle est la preuve qu’une cohésion sociale existe déjà entre les Syriens et les Jordaniens.
Bassam AlKarme, journaliste jordanien indépendant

atelier qudra2 amman

Le programme QUDRA 2 est cofinancé par l'Union européenne par le biais du Fonds fiduciaire régional de l'UE en réponse à la crise syrienne (EUTF Syrie), le ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ) et l'Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID).


#EUMadadFund#BMZ#EUinLebanon#AECID#QudraProgramme

www.qudra-programme.org/