Des expertes tchadiennes face à la caméra : retour d’expérience un an après

Des expertes tchadiennes face à la caméra : retour d’expérience un an après

4 octobre 2023

Fin 2022, une dizaine de femmes expertes tchadiennes s’étaient réunies pour la première fois à Ndjaména afin de participer à une formation en media training. Un an après, trois d’entre elles tirent un premier bilan des effets de cette formation.

Avez-vous été sollicitée par des médias pour intervenir dans une émission et/ou une production ?
Epiphanie Dionrang
: J’ai été sollicitée plusieurs fois par les médias pour parler de violences faites aux femmes, de leadership féminin. Ça a toujours été un plaisir de partager mes expériences sur les thématiques qui me passionnent et c’est aussi bien de mettre en lumière le vécu des femmes tchadiennes.
Adoum Aicha : J’ai abordé un sujet concernant les fausses informations. C’était passionnant du fait que l’émission était basée sur des faits et des exemples précis. J’ai aussi fait une intervention en direct lors d’une rencontre avec le Premier ministre.
Zahra Abakar : Je suis intervenue à la fin des ateliers de validation nationale des rapports de suivi de mise en œuvre des agendas internationaux pour expliquer le bien fondé des activités et les différentes étapes franchies.

Que pensez-vous avoir amélioré dans vos interventions ? Et ce qu’il vous reste à améliorer ?
ED
: J’ai plus confiance en moi en prenant la parole sans peur ni stress. J’aimerais prendre plus de souffle et aller au bout de mes pensées lors des interviews.
AA : ll y a une nette amélioration, je prends une bonne respiration et un peu de temps avant d’intervenir. Et surtout, j’essaie de parler doucement en articulant. Malgré tout, je suis encore paniquée au début et j’ai un problème de lecture de discours. J’aime improviser en prenant l’essentiel.
ZA : Mon apparence est plus soignée et je maitrise mieux mon sujet. Mais je dois gérer mieux mon stress.

En fin d’année, ces femmes tchadiennes formées au media training seront à nouveau invitées à un atelier de renforcement de capacités qui ciblera ces axes d’amélioration et qui leur permettra de rencontrer leurs paires du Sénégal et de la Mauritanie.

epiphanie
Epiphanie Dionrang, artiste slameuse, présidente de la Ligue tchadienne des droits des femmes
et actuellement chargée de communication dans une organisation
qui lutte contre les violences faites aux femmes.
aicha
Aicha Adoum Abdoulaye, ingénieure en télécommunications et spécialiste dans le domaine de la sensibilisation au numérique.
zahra
Zahra Abakar Souleymane, ingénieure aménageuse/urbaniste et spécialiste en développement local.