France Médias Monde et CFI ouvrent un centre régional à Bucarest qui accueille ses premiers journalistes ukrainiens et ukrainiennes

France Médias Monde et CFI ouvrent un centre régional à Bucarest qui accueille ses premiers journalistes ukrainiens et ukrainiennes

13 juillet 2022

Face à l’urgence en Europe centrale et orientale dans le contexte de conflit armé en Ukraine et de ses conséquences dans le champ informationnel, France Médias Monde mène, en lien avec sa filiale CFI, un projet visant à renforcer sa présence dans la région pour contribuer au soutien des journalistes ukrainiens et ukrainiennes et à la lutte contre la désinformation.

Un centre régional, adossé à la rédaction de RFI România à Bucarest (Roumanie), a ainsi été créé pour développer une offre d’information numérique de RFI en ukrainien et renforcer la production de contenus numériques de proximité en russe. A terme, le centre régional permettra à plus de 30 journalistes en provenance d’Ukraine et des pays limitrophes de poursuivre leur activité, malmenée par la situation du pays. L’ensemble du projet, annoncé en mai dernier, a fait l’objet d’une présentation associée à son calendrier de mise en œuvre lors du Conseil d’administration de France Médias Monde le mardi 12 juillet 2022, sous la présidence de Marie-Christine Saragosse.

France Médias Monde et CFI : une action coordonnée et réactive pour le soutien de journalistes ukrainiens et ukrainiennes en exil, et pour une information rigoureuse et équilibrée en ukrainien et en russe sur le conflit.

France Médias Monde a procédé au recrutement de 17 journalistes ukrainiens et ukrainiennes au cours des dernières semaines, dont les premières et premiers sont arrivés à Bucarest le lundi 11 juillet pour suivre une formation à l’utilisation des outils techniques mis à leur disposition, assurée par des équipes du siège, qui durera jusqu’à la fin du mois d’août. Elles et ils ont été accueillis sur place par Cécile Mégie, directrice de RFI, l’équipe projet de France Médias Monde et l’équipe de RFI România. 5 des journalistes recruté·es travailleront en langue russe, pour renforcer une couverture numérique de proximité, sous la supervision de la rédaction de RFI en russe basée à Paris. Les 12 autres journalistes développeront à compter du mois de septembre une offre numérique de RFI en ukrainien. Toutes et tous peuvent compter sur la proximité et la disponibilité des équipes de RFI România pour faciliter leurs démarches sur place et leur accueil, au-delà des infrastructures techniques mises en place qui facilitent la mise en œuvre rapide du projet.

Un volet d’accueil de journalistes en exil, piloté par CFI, l’agence française de développement médias, complète ce centre régional. Forte de ses expériences de soutien aux journalistes en période de crise acquises en Syrie, en Libye ou encore au Yémen, la filiale de France Médias Monde, mobilise ses équipes pour ouvrir un centre d’accueil, de soutien et de formation des journalistes ukrainiennes et ukrainiens à Bucarest qui ouvrira ses portes d’ici la fin de l’été. Ce lieu accueillera dans un premier temps 20 journalistes qui pourront ainsi rejoindre un centre sécurisé et bénéficier d’allocations financières, de matériel, de formations, ainsi que d’un soutien psychologique. L’expertise des journalistes soutenu·es par CFI pourra également contribuer à renforcer la rédaction de RFI parallèlement créée et sa capacité de production de contenus en ukrainien.

Ce projet est cofinancé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères à hauteur de 1,5M€ pour une année.

Au cours des quatre derniers mois de la guerre en Ukraine, au moins quinze acteurs et actrices des médias (selon le Committee to protect journalists) ont trouvé la mort dans l’exercice de leur activité et onze autres ont subi des blessures par tirs. Les attaques russes ont rapidement visé les infrastructures de médias. Dans les zones occupées, les journalistes ukrainiens et ukrainiennes subissent de fortes pressions : censure, menaces et enlèvements. France Médias Monde et CFI affirment, à travers leur projet à Bucarest, leur attachement déterminé à la liberté de la presse, à la liberté d’expression et à la protection des journalistes.