Former des journalistes environnementaux kenyans à l’égalité femmes-hommes

10 décembre 2021

Une douzaine de journalistes kenyans du projet Dunia ont participé à une formation dédiée au journalisme sensible au genre en novembre et décembre 2021 à Nairobi, Kajadio et Kiambu.

Les femmes sont des actrices importantes de l’adaptation et de la résilience des communautés face au changement climatique, mais elles sont aussi les premières victimes de ce phénomène. Elles détiennent des compétences significatives en matière de production agricole et de gestion de l’énergie des ménages, ainsi que des connaissances ancestrales et traditionnelles, en agroécologie par exemple. Alors qu’elles sont souvent porteuses de solutions à l’échelle locale, les femmes n’ont généralement pas les mêmes chances de prise de parole que les hommes dans la couverture médiatique des enjeux environnementaux. 

Former des journalistes environnementaux kenyans à l’égalité femmes-hommes

De la théorie à la pratique

Pour remédier à ce déséquilibre, un groupe de journalistes kenyans a suivi une formation au journalisme sensible au genre à Nairobi du 22 au 24 novembre. Au cours de cette session très interactive, les journalistes ont été sensibilisés aux enjeux de genre dans la société et les médias, ainsi qu’aux inégalités de genre face aux effets du changement climatique. Chacun et chacune a pu comprendre que la prise en compte des femmes dans le traitement de l’information environnemental doit commencer dès la conférence de rédaction. Par ailleurs, il existe des techniques et des réflexes à adopter pour interviewer les femmes des communautés impactées par le changement climatique, qui n’ont pas toujours l’occasion de s’exprimer en public. 

Former des journalistes environnementaux kenyans à l’égalité femmes-hommes

Les journalistes sont passés de la théorie à la pratique à travers la production de contenus sur le terrain. Le 6 décembre, le groupe a visité Kajadio, où des femmes impactées par le changement climatique se sont organisées autour d’une ferme et d’un élevage de volaille. Le lendemain, le groupe s’est rendu à Kiambu pour produire des reportages sur un projet de reforestation, qui inclut une activité génératrice de revenus pour les communautés sur place.