Fatoumata Ongoiba : l’animatrice radio qui défend les droits des enfants

Fatoumata Ongoiba : l’animatrice radio qui défend les droits des enfants

16 janvier 2023

Fatoumata Ongoiba anime des émissions en langue Dogôssô sur une radio de Douentza (Mopti, Mali), une zone touchée par la crise sécuritaire. En octobre dernier, elle a fait deux jours de route pour participer à une session de formation sur les fondamentaux du journalisme, proposée par MédiaSahel.

Octobre 2022. Bamako. À 795 km de Douentza (région de Mopti), sa ville d’origine, Fatoumata Onboiga fait la connaissance de trois autres jeunes femmes. Toutes les quatre ont en commun une passion : la radio. Elles viennent assister à une formation sur les fondamentaux du journalisme, organisée par CFI. À la différence de ses consœurs, Fatoumata anime uniquement en dogôssô (langue dogon) sur Dandé Duwansan, une radio de Douentza, zone touchée depuis des années par la crise sécuritaire.

L’amour de la radio

Native de la commune de Koubéwel Koundia, à une douzaine de kilomètres de Douentza, elle est vite repérée par une organisation qui travaille sur la sécurité alimentaire à Mopti et recrutée comme animatrice en dogôssô pour le compte du projet. On me donnait des thèmes que je traduisais dans notre langue. Tous les six mois, on passait aussi dans une dizaine de villages jouer des sketchs en langue locale. Ce qui m’a donné l’amour de la radio, raconte Fatoumata.

A la fin du projet, la jeune animatrice poursuit ce travail dans sa langue maternelle sur Dandé Duwansan. Cette fois-ci, elle se focalise sur les enfants et les femmes de son cercle. J’anime l’émission ‘‘Droits des enfants’’ tous les lundis, mercredis et vendredis de 13 à 14h dans deux dialectes dogôssô, explique-t-elle. Avec sa voix imposante, Fatoumata Ongoiba conquiert très vite les auditeurs des treize communes du cercle couvertes par sa radio. Pourtant l’animatrice n’évite aucune thématique : activités des femmes rurales, éducation des enfants, insalubrité…
Elle n’a pas peur non plus de traiter des sujets qui peuvent fâcher quelques familles conservatrices.

"J’aborde des thématiques comme l’abandon de l’école par les filles. Dans notre cercle, nous constatons que le taux est élevé. Il faut en parler, aborder les causes et les conséquences de ces abandons."
Fatoumata Ongoiba

fatoumata

Des attentes fortes

À 27 ans, Fatoumata a participé à sa première formation sur les fondamentaux du journaliste du 24 au 28 octobre 2022 à Bamako. Avec des attentes fortes : devenir une bonne animatrice, faire un bon papier de reportage radio... Fatoumata est courageuse et veut évoluer dans l’animation, témoigne avec fierté Mohamed Idrissa Touré, directeur des programmes à la radio Dandé Duwansan.

Cinq jours durant, elle et d’autres journalistes et animateurs de Bamako et Mopti ont appris à identifier la provenance d’une information, les différents genres et formats journalistiques et à choisir des sujets proches, utiles, nouveaux et intéressants. Des connaissances dont elle compte bien tirer profit pour améliorer le contenu de ses prochaines émissions de radio, dès son retour à Douentza.