« Le journalisme peut aider à faire bouger les lignes pour les filles »

"Le journalisme peut aider à faire bouger les lignes pour les filles"

30 mai 2022

En fin d’année dernière, le premier concours portant sur l’égalité femme/homme, organisé simultanément dans les six pays du projet Afri’Kibaaru a récompensé 12 journalistes issus des 46 médias partenaires. Rencontre avec Hawa Ba, lauréate mauritanienne.

Journaliste reporter pour le média en ligne Initiatives News, pourquoi avez-vous choisi ce sujet qui a remporté l’adhésion du jury ?

Hawa Ba : "En réalité, j’ai postulé avec une série de trois sujets. Le premier sur la place des femmes dans les médias en Mauritanie, le second sur le quotidien des serveuses et le troisième sur l’impact du football féminin. Le jury m’a demandé de n’en retenir qu’un seul et j’ai opté pour le football. Je crois qu’il touchait à beaucoup d’aspects ‘‘genre’’ et comme je suis une militante des droits des femmes, c’est vers cette thématique que je me suis naturellement tournée. Nous sommes en République islamique de Mauritanie et, ici, le football est mal vu. Je considérais donc que faire un sujet sous cet angle était un choix qui rendait hommage au courage de toutes ces femmes – près de 2000 - qui osent aller contre ce tabou."

Un sujet pourrait donc à lui seul changer des mentalités ?

Hawa Ba : "Je ne sais pas. J’espère ! Si le sujet est bien fait peut-être. En Mauritanie, les filles qui jouent au foot sont mal vues par la société, par leurs familles. Elles se font insulter, on les traite de tous les noms. J’aimerais que ce reportage aide les parents à soutenir leurs filles qui ont choisi de pratiquer ce sport. Après tout, il s’agit de leur passion et c’est leur plein droit de vouloir réaliser leur rêve. Nous sommes dans une société musulmane et on trouve choquant que les filles jouent en short. C’est même un crime aux yeux de certains. Alors qu’il ne s’agit que d’un sport, rien de plus. Le journalisme peut aider à faire bouger les lignes pour des filles qui réclament seulement d’être acceptées comme elles sont. Maintenant, j’avoue aussi qu’on ne connaît jamais l’impact d’une production. Ça me fait même peur cet impact (rires). Comment vont réagir les gens ? Moi, mon objectif avec ce reportage, c’était juste de montrer, choquer et trouver une solution."

En quoi le projet Afri’Kibaaru – à travers ses formations et ses accompagnements – a-t-il contribué à ce résultat ?

Hawa Ba : "Plein de choses. D’abord peut-être le fait de sortir de sa zone de confort. D’accepter d’aller au-delà de ce qu’on maîtrise déjà et d’accepter d’apprendre davantage. Il y a eu les fondamentaux du métier d’abord, puis les questions d’attractivité que nous avons passées en revue. Et puis, tous les lauréats des concours sont coachés eux-aussi. C’est très intéressant. C’est comme un binôme qui te conseille dans la réalisation du reportage. Moi, ça m’a beaucoup aidée, je suis même passée du journalisme écrit au multimédia avec Afri’Kibaaru. D’ailleurs, on a changé des choses en cours de route. Cela montre qu’un journaliste doit toujours être à l’écoute et avoir envie d’avancer, quitte à recommencer ce qu’il a déjà fait..."

D’ici la fin du mois de juin, les journalistes des 46 médias partenaires auront une nouvelle fois l’opportunité de présenter leurs productions en lien avec les Objectifs de Développement Durable (ODD), avec un second concours portant, cette fois, sur l’agriculture locale et la sécurité alimentaire. 

« Le journalisme peut aider à faire bouger les lignes pour les filles »